Rire sans compromis

Karine Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un motel miteux, un proprio magouilleur, une ancienne danseuse nue réceptionniste fidèle à son patron, un serveur amoureux, un barman grincheux et une chanteuse déchue qui se noie dans sa peine.

Ajoutez plusieurs personnages qui passent en coup de vent. Prendre le tout, secouez pendant une heure ou deux et obtenez des rires et du plaisir sans compromis. Voilà ce que la pièce Ne pas déranger offre aux spectateurs du Pavillon de l'Île St-Bernard tout au long de l'été.

L'histoire se déroule dans le motel Condor où le propriétaire s'enfonce dans ses histoires illégales. Il attend désespérément que le ministère du Transport vienne lui faire une offre pour son motel qui est sur le trajet de la future autoroute 28. Contre toute attente, il reçoit la visite d'un ministère, mais pas celui espéré. Entre temps, l'équipe du motel accueille une clientèle aussi bizarre que les histoires croches du propriétaire.

Un texte délicieusement dosé de Jean-Denis Simard, une mise en scène juste à point de Jeff Boudreault, le tout sous la direction de France Pilote. Ce trio a fait de ce théâtre d'été une pièce hilarante digne de l'humour que les spectateurs recherchent en fréquentant ce type de spectacle.

Coups de coeur de la soirée

L'ambiance est formée autour des cinq comédiens et de leurs multiples personnages.

Cependant, deux coups de cœur sont ressortis du lot. France Pilotte interprète quelques personnages dans la pièce, dont celui de Johanne, qui s’est particulièrement démarquée. Chanteuse déchue, Johanne s'alimente au cognac et a fait rire la salle avec son pot-pourri impressionnant comprenant des chansons du répertoire québécois.

François Maranda a su, lui aussi, se démarquer de ses confrères par ses personnages tout aussi loufoques les uns que les autres. Tous interprétés avec brio et humour, la foule s'est entre autres esclaffée de rire pendant plusieurs minutes à l'arrivée de Saumon, un amérindien aux longues tresses venu réclamer de l’argent au propriétaire du motel.

Les gens présents dans la salle sont probablement retournés à leur routine en fredonnant cette chanson marquante « Té fort mon Gérard, té fort. Té fort mon Gérard té fort ». Gageons que vous ne pourrez y échapper!

La pièce est présentée jusqu’au 25 août 2012 au Pavillon de l'Île. Il est possible de profiter de la formule souper-théâtre à la salle à manger du Manoir d’Youville. Pour information, visitez le www.theatre-ete.com/fr ou composez le 450 699-0999.

Distribution : François Maranda, Antoine Vézina, Catherine Lachance, France Pilotte et Jean Petitclerc

Productrice: France Pilotte

Une piècede : Jean-Denis Simard

Collaboration au texte et mise en scène : Jeff Boudreault

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires