Se laisser emporter par Jorane et I Musici de Montréal

Pascale Fontaine
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Touchant et déchirant : voilà le résumé du concert de Jorane et I Musici de Montréal.

Après un premier concert durant Montréal en lumière, Jorane et I Musici de Montréal ont illuminé le coeur des Châteauguois le 11 mai à l’église Saint-Joachim.

La belle rousse au violoncelle et l’orchestre de chambre ont conjugué une seconde fois leurs talents et répertoires distinctifs.

C’est avec les trilles touchantes, voire déchirantes de Adagio par Samuel Barber que I Musici ont ouvert la soirée. Contrebasse, violoncelles, altos et violons, avec la soliste Julie Triquet, jouaient dans une harmonie dont on pouvait difficilement dissocier les quatorze musiciens.

Une fois entrée en scène, Jorane y a ajouté « ses vers piqués à l’archet », comme elle seule sait le faire. Après Allégeance de Léonard Cohen et adaptée pour Pauline Julien, la poétesse a enfilé Suzanne, Le temps passe pour terminer la première partie avec Une sorcière comme les autres, un long poème d’Anne Sylvestre. Morceau au texte riche et prenant qui représente sans hasard le tout dernier album de l’artiste.

Sur un note plus joyeuse et ludique, I Musici ont pincé allègrement leurs cordes sur Élégie et Polka, composition pour quatuor de Dmitri Shostakovich (1906-1975).

Pour sa part, l’auteure-compositeur-interprète s’est laissée aller avec un morceau plus primitif et mystique qu’est Battayum. Rythme grave et les timides cris d’animaux ont rapidement cédé la place à la symbiose entre Jorane et son instrument pour une interprétation enlevante. Entre les regards souriants que s’échangeaient les musiciens, leur complicité palpable a tôt gagné le public qui a entonné le papayoum.

S’en est suivi la pièce Pour Gabrielle où Jorane récitait seule dans le choeur, pinçant les cordes de son violoncelle à la manière d’une harpe vaporeuse. « Je l’ai composé pour le film sur Gabrielle Roy », explique celle qui avait pourtant passé les auditions… comme comédienne!

Le concert s’est terminé avec Film III que la violoncelliste a enregistré pour son album The You and The Now (2004) sur les collines d’Hollywood, ainsi qu’avec deux rappels très appréciés du public conquis.

Adaptations de quatuor à orchestre, de cuivres à corde… Les deux entités marient si bien leur art qu’il est difficile de croire qu’ils n’en sont qu’à leur deuxième représentation.

« Dès le début de la première répétition, ç’a cliqué. Jorane était très enthousiaste. Durant le travail d’arrangement et en répétition, les choses tombent facilement en place », raconte le chef invité Jean-Michel Malouf.

« Maintenant on essaie de poursuivre l’aventure », entrevoit l’auteure-compositeur-interprète, tout sourire. Leur prochain concert se tiendra le 30 juin durant le Festival international de jazz de Montréal.

Organisations: église Saint-Joachim.La belle rousse au violoncelle

Lieux géographiques: Montréal, Suzanne, Collines d’Hollywood

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires