Dessins magiques pour super-héros

Nicolas Laffont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les 17 et 18 septembre se déroulait le Comiccon de Montréal. Rendez-vous incontournable de tous les admirateurs de bandes dessinées, mangas, séries et films de science-fiction. C’est aussi le moment de rencontrer quelques-uns des auteurs de l'univers du comic. Parmi eux, on retrouve l’illustrateur Dale Eaglesham, natif de Châteauguay.

Vivant maintenant en Ontario, Dale Eaglesham a gardé un attachement pour Châteauguay où il a vécu avec sa famille. À la fin des années 1960, alors encore petit garçon, il recevait de sa mère des comic books provenant du supermarché. « Puis, à 9 ans, j’ai commencé à dessiner des personnages et j’ai adoré ça, parce que ça suscitait énormément mon imagination. Un ami m’a initié aux comic books quand j’étais en quatrième année du primaire, on a fait une histoire pour un projet à l’école, et depuis... je n’ai jamais arrêté. »

De l’art dans les délais

L’illustrateur a travaillé pour de nombreuses publications. Citons parmi les plus connues, Captain America, Green Lantern, Justice Society of America, Les 4 fantastiques, The Amazing Spiderman, The Punisher. Il travaille en ce moment sur Alpha Flight (la Division Alpha). Ce comic books met en avant une équipe de super-héros canadiens, avec la présence des Montréalais Jeanne-Marie et Jean-Paul Beaubier, alias Aurora et Northstar.

Pour Dale Eaglesham, le plus grand défi est de publier dans les temps! « Il faut publier un numéro par mois et faire un travail de qualité. Quand vous travaillez à un niveau élevé, c’est parfois dur d’y arriver. Ne pas respecter les échéances couterait beaucoup d’argent aux sociétés éditrices. Mais le bon côté, c’est que la technologie est bien meilleure, les couleurs sont aussi de qualité supérieure. On commence à la mine, mais on finit à l’ordinateur. La plupart des changements sont donc numériques, tout se fait par ordinateur. »

Les dessous du métier

L'année 2011 marque la vingt-cinquième année de l’artiste en tant que professionnel dans le milieu du comic book. Il connaît son fonctionnement par cœur. Il nous explique ainsi que lorsque l’auteur arrive, il a un script avec lui. « Le dialogue est là et vous avez toute l’information, tableau par tableau, pour dessiner la page. Vous placez les personnages et voyez comment ils réagissent. En fait, c’est comme être un réalisateur. »

Avec la série des Alpha Flight, on a déjà vu Montréal dessiné et Dale nous promet qu’on y verra d’autres endroits du Canada. « On ne sait jamais. Si on a besoin d’une ville comme Châteauguay dans l’histoire, je dessinerai Châteauguay! Je me rappelle de lieux que je pourrais dessiner. »

Enfin, Dale a tenu à s’adresser à ses fans : « Si vous êtes intéressés à dessiner des comics, cela demande beaucoup de patience et de temps, mais ça vaut vraiment la peine, parce qu’il n’y a pas d’autres formes d’art comme celle-ci. C’est très complexe et cela peut demander d’utiliser votre intellect autant que vous le pouvez. C’est pourquoi je crois que c’est une forme d’art très sérieuse. Certains ne le croient pas, mais moi, je le crois. Si elle vous intéresse, armez-vous de patience et n’abandonnez pas! »

 

Dale Eaglesham sera au Comiccon de Montréal cette fin de semaine. Vous pourrez donc le rencontrer sur place pour vous faire dédicacer un exemplaire d’Alpha Flight.

Organisations: Justice Society

Lieux géographiques: Châteauguay, Ontario, America Montréal Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires