Un couple d’aidants se confit

Steve Sauvé
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Depuis six ans, Laurent Lafleur et Hélène Grondin sont ce que l’on appelle des aidants naturels. Leur implication auprès de la mère de Mme Grondin s’est intensifiée à la suite du décès d’un membre de la famille.

Pour Laurent Lafleur et Hélène Grondin les ateliers suivis au Centre d’action bénévole ont été bénéfiques.

« Ma sœur est décédée il y a deux ans. À ce moment-là, ma mère a trouvé la situation terriblement difficile. Elle en a perdu le goût de vivre », laisse savoir la dame.

Pour pallier la situation et pour essayer de briser la solitude de la dame, le couple Lafleur-Grondin commence à aller chercher cette dernière chaque jour pour souper.

« Nous avons rapidement décidé d’aider ma belle-mère au meilleur de nos connaissances. Nous nous occupons du simple changement d’ampoule dans la maison que de payer ses comptes et assurer le suivi médical. Heureusement avec Internet, nous pouvons tout payer en ligne. Par contre, il faut régulièrement se déplacer, car elle ne conduit pas », mentionne Laurent Lafleur.

Accepter la réalité

Dans cette situation, l’aidée ne trouve pas facile de faire face à sa nouvelle réalité. Elle qui a œuvré dans le domaine de l’enseignement et qui est reconnue comme étant une femme de tête, devait accepter l’aide qui lui était offerte. Il est difficile d’accepter pour une personne âgée de 83 ans de voir un étranger procéder à l’entretien de sa maison ou bien de préparer ses repas.

Par des circonstances heureuses, le couple d’aidants a été mis en contact avec le Centre d’action bénévole de Valleyfield. Un atelier d’information, leur a été proposé afin de prendre conscience des limites et des responsabilités des aidants naturels.

« Cette formation est merveilleuse, elle nous a permis de voir que nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Être aidant c’est une grande responsabilité, mais lorsque l’on prend le temps de s’écouter et de penser à soi, cela fait une grande différence », raconte l’homme.

Pendant les ateliers, le couple a remis à l’aidée une photocopie de la documentation fournie. Étrangement, le comportement de la dame a changé rapidement. « Ma mère a toutes ses capacités intellectuelles. C’est réellement des troubles physiques qui font en sorte qu’elle a besoin d’aide », précise Hélène Grondin.

Pour ce couple, les ateliers, suivis en collaboration avec le Centre d’action bénévole de Valleyfield, ont été d’une grande aide. Par le fait même, une importance a été redonnée à leur relation. Malgré le travail que représente la tâche d’aidant naturel. Laurent Lafleur et Hélène Grondin demeurent avant tout, mari et femme.

Organisations: Centre d’action bénévole de Valleyfield

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires