Plus de 26 M$ pour le Kateri Memorial Hospital

Patrick Duchesneau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

De nombreux dignitaires étaient présents pour la pelletée de terre officielle. De gauche à droite : Clinton Phillips, conseil mohawk de Kahnawake ; Joe McGregor, conseil des Sages ; Calvin Jacobs, coordinateur langage et culture au Kateri Memorial ; Charlie Patton, conseil des Sages ; Yves Bolduc, ministre de la Santé et des Services sociaux ; Goeffrey Kelley, ministre des Affaires autochtones ; Jocelyne Sauvé, directrice de la Santé publique ; Rhonda Kirby, conseil mohawk de Kahnawake ; Susan Horne, directrice générale du Kateri Memorial ; Joe Styres, président du conseil d’administration du Kateri Memorial.

KAHNAWAKE – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, était de passage à Kahnawake le 25 juillet dernier pour assister au début officiel des travaux d’agrandissement de l’hôpital Kateri Memorial.

D’un coup d’approximativement 26,8 M$, le projet prévoit l’ajout de 25 places d’hébergement et de cinq lits de courte durée dans l’hôpital. Ces nouvelles places devraient assurer la pérennité du centre hospitalier pour les 20 prochaines années.

Un service d’imagerie médicale fera également son entrée dans l’hôpital qui sera, au total, agrandie de près de 6 000 mètres carrés. La facture du projet se partage entre le gouvernement (21 M$) et le centre hospitalier Kateri Memorial (5,7 M$).

Cette nouvelle aile dans l’hôpital permettra au personnel de donner une plus grande place à la médecine traditionnelle dans l’établissement. Mais pas au point de remplacer la médecine moderne, précise le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley. « Il s’agit de techniques complémentaires avec les pratiques occidentales. On ne souhaite pas qu’elles soient remplacées », indique M. Kelley tout en précisant que la médecine traditionnelle peut être utile en prévention et pour traiter des maux plus ou moins bien compris.

Malgré une première phase de conception en 2007, il aura fallu attendre cinq ans avant la première pelletée de terre officielle. Cette longue attente est en partie due à la complexité de la gestion de l’hôpital. « Il y a un chevauchement des juridictions fédérale, provinciale et de la communauté mohawk. Il nous a même fallu voter une loi pour nous permettre de financer ce projet », explique le ministre Kelley.

Organisations: Kateri Memorial Hospital, Services sociaux, Affaires autochtones

Lieux géographiques: Hôpital Kateri Memorial.D’

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires