Lancement de la biographie de Jacqueline Laforce

Patrick Duchesneau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La comédienne flamboyante de 73 ans ne compte pas s’arrêter avant longtemps.

Jacqueline Laforce, une figurante et comédienne québécoise, lançait sa biographie au bistro culturel Cœur de village, à Saint-Isidore, en présence de sa famille, d’habitués de l’endroit et d’élus de la région, à la fin de l’année 2011.

Même si elle ne croit pas que sa vie est intéressante au point d’être racontée, Jacqueline Laforce s’est tout de même laissé convaincre par l’idée de l’auteur Ronald Martel d’écrire son histoire. «Nous entretenions une relation d’amitié par alliance depuis 13 ans», raconte l’auteur qui a été séduit par la grand-maman aux cheveux blancs alors qu’elle révélait, bribe par bribe, des pans de sa vie.

Malgré qu’elle soit aujourd’hui bien connue dans le milieu de la figuration au Québec, rien ne prédisposait Jacqueline Laforce à côtoyer les plateaux de tournage. Ce n’est qu’en 1999 qu’elle et son mari, Claude Laforce, ont tenu leur premier rôle de figurant devant la caméra lors du tournage de la série Gypsies qui se déroulait à Saint-Isidore. «Et c’est là que j’ai eu la piqûre», confie Mme Laforce.

Depuis ce premier tournage, les rôles se sont multipliés pour Jacqueline Laforce. Les annonces de Vidéotron et les gags Juste pour rire ont certainement permis de la faire connaître. Cela dit, Mme Laforce a fait des apparitions à 3600 secondes d’extase, dans la série Les Parent et dans la série Les Boys, pour n’en nommer que quelques-unes.

Une comédienne engagée

Aujourd’hui, en plus des tournages, Jacqueline Laforce tient une chronique aux deux semaines à l’émission C’est ça la vie de Radio-Canada. De plus, elle donne des conférences dans les maisons pour personnes âgées. «Il n’y a plus personne qui parle des aînés. Donc, j’ai décidé de me servir de la notoriété des publicités dans lesquelles je joue pour organiser des conférences», explique-t-elle. «Je suis une balance, donc j’ai un grand sens de la justice, même si ça conduit parfois à se mettre les pieds dans les plats», lance Mme Laforce en riant.

Grande adepte des «petits courriels» et des réseaux sociaux, la sympathique grand-maman estime que les aînés auraient grand avantage à découvrir ces outils de communication pour briser leur isolement.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires