Audi A5/S5

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pourquoi changer une bonne recette

Jerez, Espagne  Le géniteur de la très suave A5, Walter DaSilva avait lui même admis avoir réussi son plus beau modèle de voiture lors de la présentation de l’A5 en 2007. L’équipe stylistique chargé de refaire une beauté s’est donc contentée de quelques retouches bien ciblées. Pas question de  changer une voiture qui se vend comme des petits pains chauds. Audi a vendu plus de 330 000 A5 depuis ses débuts en élargissant constamment la gamme. Le modèle que nous avons essayé en Espagne est un 2012 qui arrive le mois prochain chez les concessionnaires européens. Il viendra au Canada à la fin du 2e trimestre l’an prochain (juin ou juillet) probablement comme modèle 2013.

Un nouveau sourire

Comme nous le disions plus tôt, pas question de métamorphose au chapitre du style. La plus grande modification est à l’avant où les optiques adaptent le regard plus menaçant qui est devenu la marque de commerce des autres produits de la marque. Les lignes sont légèrement raffermies, mais le style général demeure le même. L’A5  est toujours offerte en version coupé et cabriolet à toit souple avec une version S5 et plus tard à l’automne une version RS5 en coupé seulement avec 450 chevaux et le seul V8 de la famille. Les européens profitent d’une version Sportback à 5 portes qui ne traversera pas ce côté-ci de l’Atlantique.

Une gamme de moteur simplifiée

Avec cette mise à jour, Audi en a aussi profité pour simplifier son offre. Plus que deux moteurs de disponibles. D’entrée de gamme vous pourrez choisir le 4 cylindres 2,0 litres turbo TFSI de 211 chevaux avec une boîte manuelle à six rapports ou automatique à huit rapports. La version S5 sera quant à elle pourvue d’un V6 à compresseur de 3 litres et délivrant 333 chevaux. Adieu le symphonique V8 de la version coupé, il faudra aller du côté de la RS5 pour satisfaire son appétit pour les notes gutturales des V8 allemand. Le 0 à 100 km/h est atteint en 4,9 secondes et si le V6 compressé n’a pas la voix de baryton du V8 (sic), il répond avec enthousiasme aux sollicitations se permet même d’éructer un petit rot dans la ligne d’échappement à chaque changement de rapports de la boîte S-Tronic (double embrayage) à 7 vitesses. Tous les moteurs ont été revus et tous sont équipés de l’injection directe, d’un Start & Stop, l’enjeu a été de diminuer les valeurs de consommation et d’émissions tout en optimisant les performances, une prérogative qui n’échappe plus à personne maintenant.

Un habitacle à l’image de la grande A6

Audi est un chef de file en matière de technologie et un exemple à suivre pour la finition intérieur. Donc, pas question d’être à la traîne lorsqu’il s’agit de présentation dans l’habitacle. L’A5 profite donc des récentes innovations de l’A6 pour faire aussi une mise à jour technologique. Du nouveau système d’infodivertissement MMI avec petite mollette plus discrète pour la navigation (en option) au disque dur de 60 giga-octets et l’écran couleur qui passe à 7 pouces. La sécurité active est renforcée avec le régulateur de vitesse actif (avec radar), un dispositif freinant automatiquement la voiture sous les 30 km/h lorsqu’un danger de collision est détecté, le « Active Lane Assist » qui agit sur la direction lorsque vous déviez involontairement de votre bande… , un bidule qui m’énerve singulièrement car à chaque fois que vous changez de voie sur l’autoroute sans mettre votre clignotant, une vibration se fait sentir dans le volant pour vous indiquer que vous avez changer de voie. Une option qui ne m’intéresse nullement. On note aussi quelques inserts d’aluminium supplémentaire qui ajoute une touche de classe. Pour le reste l’approche Audi sera familière aux habitués de la maison.

Souple et costaud

Peu importe le modèle à l’essai, la conduite est souple et les performances à la hauteur. Un bémol toutefois concernant la nouvelle direction électromécanique qui ne nous a pas convaincus. Si la précision n’est pas remise en cause, sa communion avec la route n’est pas aussi bonne que la direction hydraulique, c’est un brin superficiel. L’Audi Select propose maintenant cinq modes de conduite : Efficient (économie), Comfort, Auto, Sport et Individual (qui permet de se concocter des réglages sur mesure). En fonction du mode sélectionné, l’électronique adapte la réponse à l’accélérateur, la gestion de la boîte de vitesses, l’assistance de direction ainsi qu’une foule de paramètres. Le mode Sport est celui qui a répondu le mieux à nos attentes sur les routes invitantes de l’Andalousie. Pour une utilisation au quotidien le 2,0 litres Turbo ne déçoit pas, il n’a pas le oumph ! du V6 compressé, mais votre budget carburant ne sera pas le même. La version S5 distille d’abord le bon goût et la souplesse avant d’être une bête de route, un rôle qui sera réservé à la RS5 dans quelques mois.

Conclusion

Pour tous ceux qui désire un équilibre qui frise la perfection entre confort et performance dans une robe qui ne laisse personne indifférent, l’A5 continue d’offrir un des coupé et cabriolet les plus pertinents de sa catégorie. Il ne manque qu’un moteur Diesel et ce serait presque parfait.

Forces

Ligne séduisante

Technologie de pointe

Comportement routier efficace

Confort

Moteurs sobres et performants

Faiblesses

Direction superficielle

Options nombreuses et onéreuses

On s’ennuie tout de même du V8 dans la S5

Fiche Technique

Moteur

L4 2,0 L Turbo DACT, 211 ch à 5300 tr/min

Couple 258 lb-pi de 1500 à 4200 tr/min

Transmission : manuelle à six rapports et automatique à huit rapports

0-100 km/h : 6,5 s

Vitesse maximale :  245 km/h

Consommation (100 km) 8,0 l (octane 91)

(S5)

V6 3,0 l DACT, 333 ch à 5500 tr/min

Couple 315 lb-pi à 3000 tr/min

Transmission : automatique à 7 rapports avec

mode manuel

0-100 km/h 4,9 s

Vitesse maximale 250 km/h

Consommation (100 km) 9,7 loctane 91)

Autres composantes

Sécurité active freins ABS, répartition électronique

de force de freinage, assistance au freinage,

antipatinage, contrôle de stabilité électronique

Suspension avant/arrière indépendante

Freins avant/arrière disques

Direction à crémaillère, assistée

Pneus

A5:        P225/50R17

S5:        P245/40R18

Dimensions

Empattement 2751 mm

Longueur : 4626 mm

Largeur 1854 mm

Hauteur : 1372 mm

Poids : A5 :1550 kg, S5 : 1675 kg

Diamètre de braquage 11,4 m

Coffre : berline- 455 litres, cabrio- 380 litres

Réservoir de carburant 61 l

Prix :         Été 2012

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires